Beaucoup d’enseignants sont à  la recherche de LA méthode miracle. Malheureusement, elle n’existe pas. Je suis désolé de faire éclater votre bulle ou votre rêve, mais ne perdez pas votre temps pour cette quête inutile en éducation. Il y a trop de variables à considérer lorsqu’on désire faire apprendre pour prétendre qu’une formule pédagogique unique serait une possibilité.

Pour s’attaquer à l’ignorance, il faut un plan. Ce plan ne considère pas seulement la matière à enseigner, mais les apprentissages à faire réaliser. J’ai appelé ce plan, le scénario de formation. Le déroulement d’une séance de formation doit considérer un nombre important d’éléments. Faire apprendre n’est pas un acte spontané, malgré que ce soit le cas très souvent. On fait quelque chose et on pense que si l’élève est motivé et a l’intelligence il DEVRAIT apprendre. Écoutez la raison donnée par ceux qui ont des difficultés avec les élèves. Ils vont vous dire systématiquement que les élèves ne font pas d’effort parcequ’il manque de motivation ou ils n’ont pas les préalables ou encore qu’ils ne sont pas capables.

L’atelier 12 présente le scénario de formation qui se préoccupe de l’agencement des actions des apprenants et de l’enseignant, des savoirs à faire apprendre, des ressources nécessaires aux apprentissages, du temps disponible et finalement l’intention que l’on a par cet agencement. Une séance n’est pas agencée de la même façon pour faire acquérir des connaissances que pour faire développer des habiletés. Également, susciter l’apprenant à se placer dans une démarche de résolution de problèmes est différent que pour lui faire appliquer des savoirs, etc.

La didactique a pour fonction de prédire et réguler les apprentissages. Nous nous retrouvons dans un processus que je vise comme se devant d’être itératif, non pas basé sur le tâtonnement comme c’est si souvent le cas.