Élaborer une situation de travail artificielle

Poster un commentaire

Dans un article précédent (La situation didactique en formation professionnelle) je présentais la raison d’être de la situation de travail artificielle, mais je ne décrivais pas sa réalisation. Je vous présente ici un aide à la tâche pour élabore ce genre de situation. L’intérêt est de placer une trame de fond professionnelle qui pourra servir de contexte pour élaborer, avec l’apprenant, le sens aux savoirs à faire apprendre et aux tâches à faire réaliser. Cette situation générale de travail doit être remise à l’apprenant au début d’une formation pour qu’il puisse s’imaginer les éléments à considérer lors de la réalisation de ses tâches professionnelles. La situation de travail artificielle est une source de prétextes et de contextes différents pour faire prendre conscience des liens à faire entre le milieu de travail et le travail de l’employé comme tel.

En plus de l’aide à la tâche je vous mets en référence un exemple que j’ai élaboré pour des étudiants qui se destinent à la formation professionnelle et à qui j’ai élaboré une situation de travail artificielle.

Une nouvelle parution de TECHNIGOGIE

2 Commentaires

Ma revue TECHNIGOGIE existe depuis deux ans. C’est une revue qui a pour but d’aider les enseignants en formation professionnelle et technique dans leurs pratiques d’enseignement. Elle paraît deux fois par année et est présentement entièrement financée par mon centre de recherche. Notre objectif est de présenter, deux fois par année, des réflexions et des pratiques innovatrices en didactique professionnelle. Nous venons de rendre disponible la dernière édition qui traite du savoir être professionnel.

Cette revue désire s’adresser aux enseignants et formateurs en formation professionnelle institutionnelle ou en entreprise. Elle se veut un moyen pour échanger et faire connaître l’aspect particulier de l’apprentissage d’une compétence professionnelle.

L’apprentissage d’une profession est différent en 2010 de ce qu’il était il y a 20 ans au Québec. Il ne s’agit plus seulement de faire, mais d’être en mesure de défaire et de refaire. Il faut pouvoir adapter ses pratiques professionnelles aux contextes humain, social, professionnel, technologique et économique, c’est ce que l’on peut appeler l’adaptabilité, la polyvalence et la productivité. L’un des indicateurs importants de la compétence d’un individu est sa capacité à s’adapter.

Faire des liens, comprendre, raisonner, évaluer les éventualités et décider font maintenant partie des actions mentales qui s’ajoutent aux traditionnelles actions motrices, trop souvent identifiées comme une caractéristique prédominante de la formation professionnelle.

Bienvenue à cette cinquième parution de Technigogie qui traite des difficultés et des pistes de solution avec le savoir-être et l’apprentissage d’une profession dans le contexte du développement de la compétence professionnelle.

La communication d’une information propre à la réalité de la formation professionnelle est un premier moyen pour se parler, se comprendre et ainsi faire avancer la science de l’apprentissage d’une profession.

Bonne lecture

30 questions qu’un prof devrait se poser !

Poster un commentaire

1. Qu’est-ce que j’aurai à faire?

2. En quoi l’apprenant est-il différent de moi?

3. Je vais lui faire apprendre quoi?

4. Qu’est-ce qui se passe quand je donne un cours?

5. Quels sont les moyens que je peux utiliser?

6. Quel devrait être le résultat de mon cours?

7. Qu’est-ce que je dois considérer pour préparer mon cours?

8. Qu’est-ce que je dois faire pour que l’apprenant apprenne ce que je veux lui montrer?

9. Comment dois-je m’y prendre pour organiser un cours?

10. Comment je justifie les activités à faire réaliser à l’apprenant?

11. Qu’est-ce que l’on attend de mes cours?

12. Comment vais-je présenter mon expertise?

13. Comment vais-je faire apprendre ce que je sais faire?

14. Quelles activités d’apprentissage vais-je faire réaliser aux apprenants?

15. Comment vais-je faire pour que les apprenants soient autonomes?

16. Comment vais-je organiser les activités?

17. Quelles durées attribuées aux activités?

18. Dans un cours qu’est-ce que je fais et qu’est-ce que l’apprenant fait?

19. Comment dois-je m’y prendre pour communiquer des informations à l’apprenant?

20. Comment faire pour intéresser l’apprenant?

21. Qu’est-ce que j’utiliserai durant la séance de formation?

22. Quel vocabulaire nouveau vais-je utiliser?

23. Comment vais-je faire apprendre une pratique?

24. Comment vais-je faire apprendre une notion?

25. Quels résultats j’attends d’une activité réalisée par l’apprenant?

26. Comment vais-je rendre compte à l’apprenant de ses apprentissages?

27. Comment l’apprenant va-t-il se rendre compte de ses apprentissages?

28. Comment faire pour savoir si l’apprenant a les connaissances nécessaires pour réaliser une tâche?

29. Qu’est-ce qui est obligatoire à faire apprendre?

30. Comment faire développer le jugement critique de l’apprenant?

Les ressources didactiques : «L’affiche»

Poster un commentaire

L’affiche est placardée sur les murs de la classe, du laboratoire ou de l’atelier. Elle a pour but d’illustrer un concept qui peut servir de référence régulièrement aux fonctions exercées dans l’environnement où elle est exposée.

L’affiche est premièrement utile didactiquement pour la résolution de problèmes liés à la profession. Son aspect esthétique n’est pas à négliger.

Les qualités d’une affiche sont :
1. Aide à la compréhension;
2. Active l’imagination;
3. Exprime le concept;
4. Modifie et change la perception.
5. Incite au questionnement et à l’observation du détail.

Un processus intégrant la compétence, la pédagogie, la didactique et l’apprenant

Poster un commentaire

La situation didactique en formation professionnelle

Poster un commentaire

Les éléments de la situation didactique

La situation didactique est élaborée dans le but de donner du sens aux apprentissages pour l’apprenant.

Une tâche seule n’est rien sans la situation qui l’accompagne et qui lui donne son aspect particulier. Pour qu’une personne puisse mettre en oeuvre les savoirs, les savoir-faire et les savoir-être d’une compétence il faut qu’elle puisse d’abord comprendre la situation où se déroulera l’action qui lui sera demandée de faire.

La compétence se manifestera dans la mesure où la tâche dont elle aura la responsabilité de réaliser sera adaptée à la situation où elle se déroule. Dans une situation, il faudra qu’elle soit en mesure de repérer des données et des faits qui lui serviront lors de l’analyse et de la prise de décision des meilleures pratiques à réaliser.

Dans une situation, il y a des éléments qui diffèrent et qui se modifient pour plusieurs raisons et d’autres qui ne varient pas, qui sont stables. Il est essentiel de repérer ces éléments pour être en mesure de comprendre leurs incidences sur les moyens ou les pratiques mis en oeuvre pour atteindre le but de la tâche. Ce n’est que par la suite que la tâche comme telle peut se réaliser selon les attentes en considérant les contraintes.

Le développement de la compétence professionnelle n’exige pas seulement de réussir les tâches, mais surtout, à la personne qui doit la manifester, de comprendre la situation où elle se déroule et d’adapter ses pratiques de travail en conséquence.

Voilà l’utilité de la situation, aider l’enseignant à accompagner l’apprenant à comprendre et aider l’apprenant à trouver le sens pour qu’il y ait apprentissage!

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 644 followers